•  

    Le compte est bon...

     

     

    J'ai reçu ce message d'une amie et je partage :

     

    À sa mort, un fermier laissa en héritage  dix-sept (17) chevaux à ses trois fils.

     Dans son testament, le père avait ainsi établi le partage de l’héritage :

     

      > Mon  fils ainé recevra la moitié (1/2) de tous les chevaux.

     >Mon  second fils recevra le tiers (1/3) de tous les chevaux

      > Mon  plus jeune fils recevra le neuvième (1/9) de tous les  chevaux

     

    Or il était tout à fait impossible de diviser  17 chevaux par deux, par trois et par neuf.

     

    A un moment donné, ils décidèrent de faire appel à un fermier voisin, dont ils appréciaient l’intelligence, dans l’espoir qu’il puisse  trouver une solution à leur différend.

    Le  fermier prit donc le testament et l'examina avec grand soin. Après  quoi, il alla chercher son propre cheval et l’ajouta aux dix-sept  (17) autres. Il y avait maintenant dix-huit (18) chevaux dans le  champ.

     

    Dès lors, il devint possible aux  héritiers de procéder au partage, tel que prévu dans le testament du  père.

     

    • Fils ainé :              la  moitié  de 18  =  9 chevaux
    • Second fils : le  tiers  de 18  =  6 chevaux
    • Plus jeune fils :     le  neuvième de 18 =  2 chevaux 

     

     

     En faisant l’addition, cela donna  :  17 chevaux

     Il restait donc un cheval, celui du fermier voisin que celui-ci reprit et ramena à sa ferme...

     

                     Et le problème fût résolu !

     

     

    Le compte est bon...

     

    Que pensez-vous de mon nouveau thème de page  ?

     

     

    Pin It

    31 commentaires
  •  

     

    Coucou les copinettes

     

    Je ne pensais pas faire un second billet aujourd'hui mais une

    copinettes m'a alerté sur la présentation de mon blog.

     

    Voilà ses mots

     

    je voulais juste te dire que je continue à te lire régulièrement mais je

    ne reste jamais longtemps sur ton blog car le fond doré animé,

    aussi joli soit-il, + les photos qui clignotent sans arrêt dans la colonne

    de droite me font très vite mal aux yeux, et m'empêchent de me concentrer

    sur le texte au centre.

     Je me permets de te le dire car je me dis que je ne suis probablement

    pas la seule à qui ça arrive

     

    Suite à ce courriel je suis passée en navigation privée afin de me

    rendre compte " en visiteuse"  : le fond est immobile et aucune

    image ne défile..mais peut-être que chez vous c'est différent.

    Merci de me laisser juste quelques mots pour me dire ce qu'il en est..

     

     

    De toute façon j'avais envisagé de changer de look...J'aimerais

    quitter ces teintes dorées pour un esprit plus printanier et

    campagnard. Bon...je vais encore bien soupirer et m'exaspérer !

    Bonjour la galère....

    Mais : le changement, c'est maintenant, non ?

     

    Merci pour vos réponses et bonne soirée à toutes

     

     

     

     

     


    33 commentaires
  •  

     

    Bonjour à toutes

     

    Ce billet pour vous présenter de nouvelles arrivées à Pipiouland

     

    Récemment j'ai reçu un courriel de Cathy: son blog Tricotarot

     

    Elle me demandait si j'étais intéressée par 2 poupées  qu'elle

    ne désirait pas garder..Les voilà :

     

    Merci Cathy

    Une belle des îles qui est restée très peu de temps à la maison

    Une petite fille de passage a littéralement craqué en la voyant.

    Bien entendu elle est repartie en la serrant  tendrement sur sa poitrine

     

    Merci Cathy

     

     La seconde m'a séduite avec ses cheveux blonds  et sa mine réjouie

     

    Elle était vêtue d'une jolie robe longue , genre robe de baptême,

     

    Je me posais la question : Comment vais-je t'appeler petite blondinette ?

     

    Merci Cathy

     

    Lorsque j'ai eu la curiosité de regarder sous la robe : C'est un blondinet !

    Merci Cathy

    Chic, ça manquait à Pipiouland !

     

    Il avait voyagé aussi j'ai décidé de lui donner un bain et d'en profiter pour

    arranger sa coiffure...

    Merci Cathy

     

    Brrr..il fait froid....

    Merci Cathy

    Allez...dors un peu petit gars.Pendant ce temps, je vais papoter..

    Merci Cathy

     

     

    Je vous raconte :

    Je ne suis pas habituée à ces poupons.J'ai donc baigné le p'tit loup .

    Il s'est bien immergé de la tête aux pieds ! Lorsque je l'ai épongé, j'ai

    senti qu'il était plus lourd.. Il avait pris l'eau ! Je l'ai posé debout sur l'évier,

    pensant qu'il allait faire pipi toute son envie...Mais non !

    Quelques heures plus tard,il faisait toujours autant de rétention d'eau.

    Je l'ai un peu secoué ( c'est pas bien ) et là, j'ai senti que des gouttes

    m'aspergeaient les mains. Ces gouttelettes sortaient...

    je vous le donne en mille....de l'implantation de ses cheveux...

    Le bambin a donc fait les pieds au mur quelques temps.

    Il était coiffé en pétard ! Il a fallu ordonné tout ça !

     

    Et tout est rentré dans l'ordre..Il a été baptisé bien sûr.

    Il s'appelle Adrien.

    Maintenant ,il va falloir le vêtir en garçonnet

    Je vais commencer par le bonnet slouchy proposé aimablement

    par Myjanie : son blog

     

     Merci Cathy de ce présent qui m'a permis une approche

    des mini poupons.

    Il mesure 30 cms...n'a  qu'une marque sur la nuque :

    Idéal Loisirs 1990.

     

    Merci Cathy

     

    Pin It

    24 commentaires
  •  

    Bonjour

      Autant vous l'avouer : il s'agit de l'un de mes premiers articles

    diffusé sur  blog !! Je parlais ( écrivais ) seule à ce moment...Puisque

    je n'avais pas d'abonnée à mes parutions et cet article n'a reçu

    aucun commentaire...

     

    Hier, j'y repensais et j'ai relu ce billet

      Il m'a fait sourire...en 2015 vous étiez 250 copinettes à vous être

     inscrites à mes parutions sur Pipiouland (en 2018..500)

     

    Je pense que certaines vont se reconnaître dans mes dires ou retrouver

    quelques souvenirs communs en lisant ce que j'écrivais le 9 décembre 2009...

     

      Attention : ça commence là !

     

     En 1998, mes enfants et petits enfants sont partis pour Mayotte.

    Leur retour est prévu en 2001. En février 1999,  pour les 7 ans de ma petite

    fille Marine,   je voulais lui envoyer une carte  d'anniversaire personnalisée,

    avec un compliment de mon cru .Facile !!

     Mais quel en serait le fil conducteur ?

    Il fallait que ce soit un sujet qui la touche ! 

       Ce qu'elle aimait  quand elle venait nous voir ,c'était :

     

    1: la chasse aux escargots

     (et sa maman n'était pas réjouie car Marine tenait à les ramener

     chez elle, en appart !)

      2: faire sortir les grillons des trous de la pelouse

     3 : nourrir les carpes koïs du bassin

     4: Ramasser les pétales des roses afin de les mettre à sécher

     5 : faire de la balançoire ...

      Après m'être creusé les méninges,un soir je me dis Euréka !

       Ma carte aurait le jardin pour sujet

    et puisque c'est pour une petite fille le compliment devait obligatoirement

    commencer par "Il était une fois..."

      Et voilà que les idées se dévidaient sur le papier ...

     

       La carte ne serait jamais assez grande pour contenir cette verve là !!

     

    Et bien soit, j'achèterais une carte pour  qu'elle la reçoive à temps

    et j'allais me mettre à l'ouvrage.J'avais tant d'idées que ça me

    paraissait facile.

     

    J'ai sorti ma machine à écrire  (on était en 1999)

      et j'ai commencé à taper le soir ce que j'avais écrit dans la journée.

    Je dois dire que..

    Je me baladais avec un papier et un stylo dans la poche, même à l'usine,

     afin de vite écrire ce qui me venait à l'esprit et pendant le temps de pause

        casse- croute, les collègues de travail me demandaient de leur lire ce que j'avais

      déjà écrit car pour corser le plaisir, j'avais décidé de tout écrire en rimes.

     Ce premier album devait en compter 171 !

     

     Voilà les quelques lignes du début:

     

      Il était une fois…une maison…un jardin.

    Sous un grand saule pleureur miroitait un bassin,

    A droite, dans la pelouse, était la balançoire

    Pour Marine et Manon, quand elles venaient nous voir

     

    Pour être honnête je dois dire que tout en écrivant, j'avais souvent la

    larme à l’œil, car les évoquer pour les décrire me faisait ressentir encore

    plus leur absence !

      ( J'en étais  à la machine à écrire.)

        Quel calvaire !

    Lorsque je faisais une faute, il me fallait réécrire toute la page !

    comme de bien entendu c'était toujours  au moment où j'arrivais en bas

    de page et croyais avoir tout gagné !

    Je marmonnais dans mon coin en pestant intérieurement.

    Que de soupirs !

    Mon fils aîné, qui était déjà pourvu d'ordinateur, me proposa  de lui

    envoyer mes écritures : il se ferait un plaisir de me taper tout ça.

    Mais comme il devait bosser sur ses examens, je ne voulais pas qu'il fasse

    mon boulot en délaissant le sien ! donc je persistais et enrageais

    sur ma bonne vieille machine à écrire...

    (Aujourd'hui..en 2015..c'est mon petit-fils, Kévin, qui s'entraîne à écrire

    sur cette même machine.Elle fonctionne toujours !)

     

    Bien sûr…Je voulais agrémenter ces écritures avec des images .

    Je me suis donc mise à collectionner et à découper les photos d'animaux

    du jardin dans les revues de jardinage et autres et je les collais: ça en

    jetait quand même !!

     

    Mes débuts sur le PC. : souvenirs, souvenirs....

     

     

    j'ai gardé tout ça ....car un beau jour, Zomme m'a dit :

     - si on achetait un ordinateur,tu t'en servirais ?

     Waouh ! au moins, lui dis-je, je pourrais faire du traitement de texte !

     

    Fini les pages à retaper !

     

    Et mon fils me fit miroiter les "insertions de cliparts, de photos et d'images".

     Mais c'était quoi des cliparts ?

              

           Et alors...,là, commence L'apprentissage

          Pas seulement le maniement... Il y a aussi le langage.

     

     Quelle patience il a eu mon Laurent ! pour m'expliquer, enfin... nous expliquer:

     - le pointeur :  qu'on ne retrouvait jamais

     

    2- le bureau   : Mais non Maman  pas sous ton clavier, lève la tête c'est ton

      écran ....ton bureau !

      3- la barre des tâches

      4- le menu

     5-les icônes

      

    Mais il n'y a pas à dire la plus sournoise c'était bien cette satanée souris !

     

    On aurait qu'elle le faisait exprès : elle se débrouillait toujours pour se retrouver

    en dehors du bureau et du coup, elle gigotait toujours dans le vide, bien lovée

      au creux  de ma main ! mon bureau n'était pas assez large pour elle ! je lui

      caressais bien le ventre de temps en temps mais il m'a fallu encore soupirer

      pas mal avant de l'apprivoiser!

      Et puis...

    il y avait aussi ces touches de clavier qui n'étaient pas sur celui de

       la machine à écrire.

      Ce satané tréma, il m'a nargué tout un après midi . Pas moyen de trouver

      les touches jumelles !

      Et rappelez-vous qu'Internet n'était pas accessible 24h sur 24.

    On avait un abonnement d'heures mensuel ! Et ça passait vite !

     

    Cette semaine là, je travaillais du matin ... j'avais hâte de voir mon chef

       ouvrir son  bureau et se mettre au clavier pour aller l'interpeller sur ce fichu tréma.

      J'ai soupiré quand il m'a avoué l'avoir cherché aussi à ses débuts sur PC.

      

     Ouf ! ça n'arrivait  pas qu'à moi !

     Page après page, l'album prenait tournure mais j'ai mis beaucoup, beaucoup,

       plus d'heures  à le mettre en page qu'à l'écrire !

     

      Et voilà qu'aujourd'hui, je m'étais  lancée dans l'ouverture d'un blog !

    Je me suis surprise à sourire quand  j'ai  voulu répondre à ces invitations

    -Voulez-vous ajouter un avatar ?

    Voilà que ça recommençait ! J'ai interpellé zomme qui jouait avec la zapette :

      -Tu sais ce que c'est qu'un avatar ?

     - Oui, c'est quand il t'arrive un pépin !  ( lol ! Moi aussi j'avais appris  ça !! )

     

    et  des tags, c'est quoi d'après toi ?

      -  Graffitis sur les murs !!    Re lol

    ( mon petit fils rigole quand j'utilise les mêmes mots que lui )

     

                           On est bien de la vieille école !!

    Je vous vois rire mais, parmi vous, au début ,il y en a  sûrement qui sont vite

    allés sur le net, pour savoir...

     Heureusement qu'il y a Google, les forums et internet à toute heure , toujours dispos

      pour nous renseigner et puis.... heureusement que nous avons apprivoisé cette souris,

      avant d'être trop vieux pour nous décourager !

     

     

    Voilà les copinautes...Me voilà revenue en 2015 et  ...ça continue en 2018

     

    les jeunes parfois discutent de IPhone...IPad ...Smartphone... Facebook...

     

    et je pense à mes parents qui ont vu arriver le téléphone...la télé...

     

    Le progrès et la technologie nous portent....nous poussent nous aussi

      c'est pourquoi j'ai commencé la rédaction  d' un petit livret,destiné à

    mes petits-enfants...Je lui ai de suite trouvé un titre :

     

    1950...Dans le temps...De mon temps...

     Mine de rien...nous avons tant de choses à dire... Il est vrai que je m'appelle

     Pipiou et quand une feuille blanche m' invite...il faut que je bafouille

    J'en suis consciente, la preuve en est ce distique en hommage au papier

    que j'ai écrit en 1990 :

     

    Le papier

     Vierge de toute écriture, j'attends que votre main

     Répondant à l'invite, caresse un peu mon grain...

     De par sa plume humide, qui, de plaisir en crisse...

     Entachant la couleur que les lys m'envissent ..

     Pipiou (1990)

     

    Vous avez  eu la patience de me lire jusqu'au bout ? Alors 

     

     

    Mes débuts sur le PC. : souvenirs, souvenirs....

     

     PS: Oui, oui, je sais....

    il y a dans mon distique une grosse faute d’orthographe !!!

    Word  a voulu la corriger aussi...

     

    Mais dans la forme :  "que le lys m'enviassent"...tu trouves la phonétique  jolie ? 

     

    M'envissent ", est venu spontanément sous ma plume et selon les spécialistes...

    "dans la poésie...tout est permis"...

      on peut inventer des mots...tant qu'ils sont jolis

    et même.....

    il m'arrive de les maquiller pour les rendre beaux....

     

    Mes débuts sur le PC. : souvenirs, souvenirs....

    Pin It

    50 commentaires
  • Avant de reprendre le cours.

     

    Je vous l'ai dit parfois,je ne fréquente pas les réseaux sociaux .

     

    En ouvrant mon blog,j'ai choisi de partager de bonnes choses

    Suite à la mise en pause, vous êtes nombreuses à m'avoir gentiment

    contactée.Vos messages,votre délicatesse m'ont émue et réconfortée.

    Je me dois donc de vous dire simplement la raison de mon silence.

     

    Marie France, ma plus jeune sœur  nous a quittés. Elle avait 63 ans.

    Elle était la 7ème enfant de notre fratrie ( 11 frères et sœurs)

     

    Après 11 ans de lutte contre la maladie qui l’a rongé peu à peu, son calvaire

    prit fin ce 23 janvier  Elle avait la maladie de Kahler

     

     Marie France s'est battue  chaque jour pour reculer l’échéance.

    La maladie ne lui a pas fait de cadeaux et l'a  mise au tapis plusieurs fois.

    Mais elle se  relevait.

    Son adversaire était impitoyable et patient. Et même si elle savait qu'elle

    allait perdre ,elle a résisté.

    Cette résistance signifiait accepter ces petites joies qui nous paraissent

    si insignifiantes.

    Elle  pouvait rayonner pour un rien alors que l’on se lamente au quotidien

     

    Par elle, j'ai  appris qu’il faut se focaliser sur nos forces. Qu’il faut composer 

    au mieux avec le temps qui nous est donné .

    Lors de ma dernière visite en juillet  je ne lui ai pas dit adieu.

    J’espérais la  revoir

    Elle est partie et  j'aurais du mal à m’y faire. Il me faudra du temps.

    Elle  laisse un grand vide en mon cœur. Je me console en me disant

    que là où elle est, elle  ne souffre plus.

     

    J’aurais aimé pouvoir lui dire plus souvent combien elle  comptait pour moi.

    Je pleure lorsque j’écris ces mots. Je pleure lorsque je les relis

    Dorénavant, il me reste nos souvenirs.

     

     

    Je remercie chacune de vous pour votre présence et la lecture

    de ce billet mais je supprime les commentaires sous cet article.

     

    Vous comprendrez.

     

     

     

    Avant de reprendre le cours.

    Pin It




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique